Parcours Éducation artistique et culturelle

Poèmes de la banalité

Par CHARLOTTE MALLET-GEORGES, publié le vendredi 29 mars 2024 08:30 - Mis à jour le vendredi 29 mars 2024 18:04
IMG_7101.jpg
Un défi relevé par les 3ème Marius

Les 3èlme Marius travaillent sur la poésie et ont découvert des poèmes qui parlaient... de cadavres... Un sujet peu banal en poésie mais choisi par Baudelaire dans Une Charogne (1856) et par Rimbaud dans Ophélie (1871).

Le défi leur a été lancé de composer une ou deux strophes sur un sujet banal, plat, un sujet pénible du quotidien, une corvée par exemple...

Voici les meilleurs travaux et bravo à eux !

Sortir les poubelles 

Me voici devant la porte 
Sous les ordres de ma mère je me tiens forte
Une poubelle dans chaque main je tourne la poignée 
Sans envie d’avoir à les jeter 

Je monte dans l’ascenseur toujours en pyjama 
Et en sortant je croise ma voisine Clara 
Je me dépêche de sortir du hall d’entrée 
Et me voici enfin débarrassée de ma corvée 

______________________________________________________

Eplucher les crevettes, c'est nul
Les décortiquer pour les manger
N'est absolument pas du plaisir
Cela colle et ça salit les doigts

(strophe d'ennéasyllabes : 9 syllabes)

_______________________________________________________

Le pion

Ce joli bout de bois poli
Est travaillé avec folie
Comme une fleur qui s'épanouit
de par sa blancheur inouïe

(strophe d'octosyllabes)

________________________________________________________

La litière du chat

Le chat rentra par la chatière
Ce dernier a dû prendre beaucoup d'air
Car il fut dehors pendant une heure
Une bonne heure de bonheur.

Il alla dans la litière et en ressortit
On le traita alors de coupable
L'air devenait irrespirable
Par l'odeur qui en sortit

(...)

________________________________________________________

Ces week-ends ennuyeux, sans éclat ni frisson,
Le temps s'étire lentement, sans aucune raison
Les heures s'écoulent, d'une lenteur infinie,
tout est vide, dans mon esprit.

Les activités sans joie, sans saveur, ni couleur
Un week-end sans éclat, sans chaleur
Juste l'ennui persistant sans fin ni harmonie
Aucune échappatoire à cette monotonie.

(...)

________________________________________________________

La vaisselle

D'un coup je me sens propulsée, pour les laver
Je lave les couverts, ça pue le camembert
Après le lavage, mes doigts sentent mauvais
Et pour enlever l'odeur je dois les frotter

(strophe d'alexandrins)

________________________________________________________

La Vsell

Dans la cuisine sombre, la vaisselle s'entasse
Un fardeau quotidien, une lourde impasse.
Sous le poids des assiettes, le temps s'égrène
Dans cette routine, la vie se démène

Les couverts épuisés, les plats abandonnés
Chaque soir, c'est la même danse répétée
Dans ce cycle monotone, la joie s'efface
La vaisselle devient le reflet de notre impasse

 

Nous espérons que vous avez apprécié nos oeuvres ! Merci de les avoir lues.